Cliquez ici
si avez un problème d'affichage

Numéro: 105

17 octobre  2011

9912 destinataires

 
 
Aristoloche :  quand les « herboristes » se plantent…

Le Centre Marocain de Pharmacovigilance (CMPV) a organisé le jeudi dernier à Rabat, une journée scientifique dédiée à l’aristoloche longue, plante communément appelée au Maroc Bereztem. Les orateurs de qualité conviés à cette manifestation ont donné des conférences très diversifiées ayant permis à l’assistance de mieux connaître cette plante et surtout de mieux cerner le contexte socio économique qui fait de nos malades des proies faciles de ces « pseudo herboristes » peu scrupuleux.

Rappelons que la législation réglementant la vente de ces plantes est totalement dépassée. Les « herboristes » ne suivent généralement aucun cursus de formation reconnu officiellement par l’état marocain. Dans leurs pratiques, la qualité du transport, du stockage, et de la vente des plantes ne font l’objet d’aucun contrôle. De ce fait, des plantes connues depuis la nuit des temps pour leurs vertus thérapeutiques, peuvent devenir totalement inefficaces voire toxiques.

Aujourd’hui, la vente des plantes renfermant l’acide aristolochique est interdite en Europe. Une telle mesure est inéluctable au Maroc même si la désorganisation du secteur de l'herboristerie rend son application difficilement contrôlable.

En attendant des jours meilleurs, nous n’avons d’autres choix que de lancer des campagnes de sensibilisation tout azimut pour attirer l’attention de nos concitoyens sur la dangerosité des plantes toxiques d’une manière générale et de l’aristoloche en particulier.

Abderrahim Derraji

 
 

Mobilisation pour le droit à l’avortement(1) 
Lors de son évaluation, au début de cette semaine, des acquis et des défis de la femme marocaine durant cette décennie, la ministre du Développement social, de la Famille et de la Solidarité, Nouzha Skalli, a déclaré qu’il serait temps, pour la femme marocaine, de se voir accorder le droit d’avorter, et qu’il n’est pas question d’une légalisation absolue, mais partielle qui permettrait à la mère de mettre un terme à sa grossesse dans certaines conditions, dont la malformation avérée du fœtus, le déséquilibre mental de la mère ou encore sa précarité.
Le président de l’Association marocaine de lutte contre l’avortement clandestin (AMLAC), Pr. Chafik Chraïbi, constate que Nouzha Skalli, mais aussi Yasmina Baddou se sont prononcées pour l’avortement et l’ont d’ailleurs réitéré à plusieurs occasions notamment à la télévision.
L’AMLAC tente, depuis bientôt deux ans, de rallier les partis à sa cause pour susciter un débat national et briser le tabou. « Certains, dont le PPS, le PJD et le RNI ont montré une ouverture d’esprit et leur disposition à se mobiliser à nos côtés. Mais le PAM, qui avait montré une grande ferveur au début, semble se détacher de plus en plus », regrette le président de l’AMLAC précisant qu’il déplore également « l’indifférence de l’USFP » ayant refusé, jusque-là de donner suite aux appels de l’AMLAC.
Centre d'oncologie du CHU Hassan II de Fès (2)
Le Centre d'oncologie et de médecine nucléaire de la ville de Fès ouvre ses portes avant la fin de l'année 2011. Le professeur Khalid Ait Taleb, directeur du CHU de Fès a indiqué que le centre est en cours d'achèvement et qu'une partie importante de l'équipement est bien installé.
Ce centre est appelé à assurer la prise en charge du cancer, ainsi que la prise en charge globale intégrée (médicale et chirurgicale) en s'appuyant sur une équipe pluridisciplinaire, un niveau tertiaire des soins et des équipements à la pointe de la technologie. Il devrait aussi permettre l'amélioration, sans nul doute, de la recherche clinique et d'information des médecins. Selon le Pr Khalid Ait Taleb, le Centre permettrait surtout aux patients de la ville de Fès et région de se faire traiter à proximité de chez eux et de leur éviter le déplacement, après une chirurgie ou une chimiothérapie, à Rabat ou à Oujda pour une radiothérapie. Ce centre s'inscrit dans le cadre d'une stratégie régionale de lutte contre le cancer et vient enrichir un ensemble de dispositifs et de services innovants mis à la disposition des patients avec notamment un service d'oncologie qui s'occupe de la prise en charge médicale du cancer (chimiothérapie, thérapie ciblée, hormonothérapie, immunothérapie, traitement de la douleur), une unité d'hémato-oncologie pédiatrique pour la prise en charge des enfants cancéreux et un matériel médical haut de gamme comme, entre autres, la pharmacie centrale avec une gestion informatisée et automatisée des médicaments. 

Une petite molécule pour bloquer les cellules cancéreuses
(2) 
L’autophagie est un mécanisme utilisé les cellules de notre organisme pour éliminer et remplacer continuellement des composants cellulaires. Littéralement le mot autophagie signifie " manger soi-même " et l'activité autophagique est couramment augmentée dans plusieurs cancers fournissant aux cellules cancéreuses un avantage physiologique sur les autres cellules en les rendant même résistantes aux traitements.

La découverte d'une petite molécule appelée microARN-101 trouvée naturellement dans les cellules humaines va peut-être avoir un rôle important dans les traitements anticancéreux. Ce microARN-101 peut limiter l'expression de certains gènes et donc inhiber l'autophagie dans les cellules cancéreuses. Cette molécule est absente dans les cancers du foie, de la prostate et du sein. En contrôlant le niveau de microARN-101 dans les cellules cancéreuses, les chercheurs à l'origine de cette étude ont pu montrer que cette molécule régulait l'autophagie. Ils ont ensuite montré que les cellules cancéreuses mammaires deviennent plus sensibles au traitement Tamoxifène quand le microARN-101 inhibe les mécanismes autophagiques.

Ces données auront un impact clinique significatif puisque la résistance des cellules cancéreuses au Tamoxifène est problématique à l'heure actuelle dans le traitement du cancer du sein. Il sera aussi important de comprendre le rôle joué par microARN-101 dans le développement normal de l'organisme et dans le développement des différents cancers.


Organes auto-construits : une alternative future à la greffe d'organe ?
(3) 
Fin 2010, 10.000 malades étaient en attente d’une greffe. La même année, on a recensé 273 décès faute de transplantation. Mais même en cas de transplantation, la vie n’est pas toujours simple puisqu’un traitement antirejet doit être pris à vie.
Le lundi 17 octobre, les académies nationales de chirurgie et de médecine ont organisé une séance commune destinée à faire le point sur les avancées de la recherche sur le développement d'organes auto-construits.
Ce procédé est actuellement envisagé pour le rein, le cœur, le poumon et surtout pour le foie, organe pour lequel la recherche est la plus avancée. Le principe consiste en fait à retirer de l’organe malade une partie de ses cellules et de n’en garder que la trame, la matrice, puis de recoloniser cette trame avec des cellules issues de cellules souches. Selon le Pr Henri Bismuth, président de l'Académie de chirurgie et l'un des pionniers de la transplantation hépatique, ce n'est pas une réponse aujourd'hui, ni un espoir pour les patients actuels, mais on sait vers où on va aller. En effet, les spécialistes n'en sont qu'au stade de la recherche et n'envisagent pas d'utilisation clinique avant dix à 20 ans. Pour le foie, par exemple, des organes auto-construits ont déjà été transplantés chez le petit animal. La prochaine étape sera de réaliser le même type d’exploit sur le gros animal. Bien que soutenant cette recherche, les académies de chirurgie et de médecine ont appelé toutefois à rester mobilisés pour le don d'organes.

Rougeole: l’épidémie concerne aussi les jeunes adultes (4)
Une opération de mobilisation pour la vaccination ROR (rougeole, oreillons, rubéole) sera lancée par les pouvoirs publics. A travers cette campagne, l’Inpes et le ministère de la santé s’adressent aux plus de 15 ans – tranche d’âge qui représente plus de la moitié des malades déclarés en 2010-, à leurs mères et à la population générale.

La rougeole n’est plus uniquement une maladie contagieuse de l’enfance et touche désormais les jeunes adultes chez qui les complications liées sont plus fréquentes. Depuis 2008, près de 22 000 cas ont été déclarés. Près du tiers des malades ont été hospitalisés et dix personnes en sont mortes. Pour se protéger, la seule prévention est la vaccination (avec deux doses de vaccin) des enfants dès 1 an et de tous les jeunes adultes nés depuis 1980.
L’objectif de l’Inpes et le ministère chargé de la santé à travers leur campagne, est d’atteindre une couverture vaccinale de 95 %, seuil à partir duquel l’épidémie pourrait être enrayée. Le dispositif s’adresse à différents destinataires avec différents messages :
- les professionnels de santé, pour les inciter à en parler avec les patients
- les 15 à 30 ans, qui sont les plus touchés par l’épidémie actuelle, pour les inciter à s’interroger sur leur antécédent de rougeole et leur vaccination ROR (une dose ou deux de vaccin ?)
- les mères de 40 à 60 ans pour qu’elles relaient l’information à leurs enfants
- le grand public pour clarifier des informations.

Le PHARMACIEN, le tout premier recours
(5)
Une étude IFOP-PHR fera plaisir aux professionnels de l’officine car elle réaffirme le rôle très privilégié du pharmacien pour la grande majorité des Français. Cette étude a montré que :
- 94% des français font confiance à leur pharmacien et qu’un Français sur deux a recours à l'automédication sur la base de conseils de son pharmacien. 3 Français sur 4 sont ainsi favorables à être conseillés et même soignés par leur pharmacien pour de petites pathologies comme la grippe ou le rhume.

- Pour 72% des patients, ce sera le pharmacien, le premier recours pour de petites pathologies, même si les Français font tout autant confiance à leur médecin traitant. Mais pour prendre conseil sur une prescription ou des effets secondaires, les usagers iront tout autant vers leur pharmacien que vers le médecin, le pharmacien devenant la source privilégiée de l’information pour le patient sur le médicament, même sur prescription.

- En France où le développement du générique repose sur la substitution par le pharmacien et non sur la prescription du médecin, le rôle du pharmacien est reconnu et sa substitution acceptée par 63% des patients.
Enfin, la nécessité de mieux encadrer les dépenses de santé laissent entrevoir un rôle de plus en plus marqué de l’officine dans la délivrance du médicament. Un rôle qui pourrait se renforcer également dans la prévention, comme le recommande le dernier rapport de l’Igas, mais aussi dans la pharmacovigilance, une obligation déjà pour le pharmacien, mais aujourd’hui limitée aux médicaments délivrés. 

MSD France propose une application iPhone pour les patients sous chimiothérapie
(6) 
Pour pouvoir suivre facilement l’évolution des effets indésirables de leur traitement et de mieux les partager avec l’équipe soignante, MSD France vient de mettre sur place une application iPhone : I-CHEMO DIARY.
I-CHEMO DIARY est un e-journal personnel pratique et complet qui permet de suivre facilement l’évolution liés aux effets indésirables liés aux traitements par chimiothérapie. Les malades peuvent désormais, à tout moment et en tous lieux, y enregistrer leurs symptômes et suivre l’évolution des effets indésirables grâce à des comptes-rendus graphiques hebdomadaires.
L’application, qui se veut simple d’utilisation et sécurisée, permet une meilleure collaboration entre le patient et son médecin en invitant à une prise de note exhaustive qui prépare les consultations. Des données précieuses pour l’équipe soignante qui peut ainsi adapter le traitement aux effets ressentis par le patient.

Dermo-cosmétiques sur internet: Pierre Fabre rappelé à l’ordre par l’UE (7)
Dans son arrêt rendu le 13 octobre, la Cour de Luxembourg a souligné que la nécessité de préserver « l’image de prestige » des produits du groupe Pierre Fabre ne pouvait constituer « un objectif légitime » pour restreindre la concurrence. Le groupe Pierre Fabre, qui fabrique plusieurs gammes de produits cosmétiques (Avène, Klorane, Galénic et Ducray), exige de ses distributeurs que les ventes soient effectuées uniquement en magasin et en présence d’un pharmacien diplômé, empêchant ainsi en pratique toute
forme de vente sur internet.
Les Laboratoires Pierre Fabre s’opposent depuis plusieurs années à la vente sur Internet des produits dermo-cosmétiques. Selon celui ci, la vente à distance des produits de dermo-cosmétique favorise leur contrefaçon et prive leur cosmétovigilance du relais
hautement qualifié des diplômés en pharmacie.

Suite à l’injonction de l’Autorité de la Concurrence d’autoriser ses distributeurs à vendre sur Internet, les Laboratoires Pierre Fabre ont porté l’affaire en octobre 2008 devant la Cour d’Appel de Paris. Celle-ci a reconnu le bien-fondé des arguments soulevés par les
Laboratoires Pierre Fabre et ont suspendu l’injonction jusqu’à nouvel ordre.
Pour pouvoir se prononcer sur le fond, la Cour d’Appel de Paris a souhaité connaître l’avis de la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE). La Cour d’Appel a donc posé une question d’ordre général – dite « préjudicielle » – à la CJUE pour savoir si l’interdiction
de vendre sur Internet imposée par un fabricant à ses distributeurs constituait une restriction de concurrence.
Dans son arrêt publié jeudi, la CJUE estime qu’une interdiction absolue de vente sur Internet restreint par principe la concurrence. Elle souligne cependant que sous certaines conditions des exemptions individuelles peuvent être accordées. Il appartient maintenant à la Cour d’Appel de Paris de décider si les Laboratoires Pierre Fabre sont en droit d’en bénéficier.

Zitouni Imounachen

 
Sources:
(1) lesoir-echos.com;
(2) le matin.ma;
(3) techno-science.net
(4) maxisciences.com;
(5) Mypharma
;
(6) santelog.com;
(7) Mypharma;
(8) Mypharma;

NOUVEAUX

 

 
 
 
 

Anémies par carence
en vitamine B12
 

(Espérance Médicale n°: 181)
Cliquer ici

 

INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE

Automédication en France: les industriels français font huit propositions

A l’occasion du 1er Forum de l’automédication du 13 octobre, l’Afipa, l’association professionnelle qui représente les industriels des médicaments d’automédication, a présenté ses huit propositions pour le développement de l’automédication en France.
Proposition 1 : donner au patient dès le plus jeune âge une éducation à la santé. Selon l’Afipa, des programmes d’éducation à la santé (et notamment sur les pathologies courantes) doivent être intégrés dans les programmes scolaires.

Proposition 2 : le lancement d’une campagne institutionnelle d’envergure sur les bons réflexes à adopter afin de valoriser auprès de tous les français les bons réflexes à
adopter pour s’automédiquer de façon responsable et éviter les mésusages.

Proposition 3 : clarifier l’offre des médicaments d’automédication avec un packaging adapté. L’Afipa envisage la création d’un logo spécifique aux médicaments d’automédication. Ce logo permettrait en outre de limiter les cas de mésusage ou d’automédication irresponsable qui peuvent intervenir au sein du foyer lorsque le patient recourt à son armoire à pharmacie.

Proposition 4 : élargir le champ de l’automédication à certains traitements chroniques sans gravité. Après un premier diagnostic médical, le patient autonome est à même d’identifier les symptômes de certaines pathologies chroniques sans gravité dont il peut souffrir occasionnellement ou plus régulièrement (migraine, cystite, arthrose du genou…) et à recourir avec le conseil de son pharmacien à un traitement adapté.

Proposition 5 : permettre aux patients d’accéder à des médicaments d’automédication déjà disponibles dans d’autres pays européens. Afin de répondre aux besoins des patients, l’Afipa demande la reconnaissance mutuelle des délistages ayant été déjà acceptés dans les autres pays européens et la protection des données de délistages pendant un certain temps pour le premier laboratoire dont la demande est acceptée. Le délistage est pour les laboratoires un processus long et ardu. Il s’agit en effet de conduire
des études cliniques qui démontrent l’efficacité et la sécurité dans une indication déjà reconnue en automédication ou dans une nouvelle indication thérapeutique.

Proposition 6 :
valoriser les médicaments d’automédication issus de déremboursements
en remplaçant le terme de SMR insuffisant. L’Afipa propose que les termes Service
Médical Rendu insuffisant soient remplacés par la dénomination « soumis à une prise en
charge individuelle », une terminologie plus claire et plus positive pour l’avenir de ces
produits en automédication.

Proposition 7 : former au cours de leurs études les professionnels de santé à
l’automédication responsable via des modules dédiés à l’automédication.

Proposition 8 : lancer une réflexion pour inciter les pharmaciens et convaincre les
médecins à conseiller à leurs patients de recourir à l’automédication responsable.

 

INFORMATION SANOFI:
Rupture temporaire d'Apidra® Solostar

Information produit importante : Rupture de stock temporaire au Maroc d’Apidra® Solostar (Injection insuline glulisine)
Sanofi-aventis Maroc souhaite vous informer d’une rupture de stock temporaire actuellement sur Apidra® Solostar boîte de 5 stylos.
Cette rupture est du à un incident technique survenu sur le site de fabrication du Groupe Sanofi à Frankfort, en Allemagne, qui va générer une rupture de stock mondiale des cartouches Apidra® et des stylos injecteurs Apidra® Solostar.
Au Maroc, nous disposons d’un stock de sécurité permettant une couverture jusqu’à décembre 2011 concernant les présentations Apidra® boîte de 1 et 5 cartouches, Apidra®Solostar® boîte d’1 stylo rempli, et du flacon de 10 ml.

 


L’AMM de
Prevenar 13® boite de 1 a été transférée de Maphar à Pfizer

Par conséquent, à partir du 1er Octobre 2011, Prevenar13® sera désormais distribué par Pfizer.

-------------------

Suite au rachat du laboratoire Wyeth par Pfizer, les AMM de l’Elvorine® et la Tazocilline® ont été transférées de Maphar à Pfizer. Par conséquent, ce dernier en assurera la distribution à partir du 1er octobre 2011.
Lire la suite

 

Prochains RDV

Atelier : «le passage du Pharmacien d’Officine du statut physique au SARL : opportunité ou menace ? »
Date : le mardi 18 OCTOBRE 2011 de 9H à 14H
Lieu: Villa Mandarina/Rabat
Organisateur : l’Amicale des pharmaciens du Maroc (APM)
Conférencier : Mohammed Chattou
Cliquer ici pour en savoir plus 

"La sécurité en informatique"
Date: 19 octobre 2011
à 14 heures 30
Lieu: Salle 11 de la faculté de Médecine et de Pharmacie
de Rabat
Organisateur: L’UPR de Pharmacologie & Toxicologie
Conférencier:  Azzeddine Ramrami 
Contact: s.ahid@um5s.net.ma

Congrès National des pharmaciens
Date: 22 et 23 octobre 2011
Lieu:  Bordeaux FRANCE
Site Web: Cliquer ici
Inscription: Cliquer ici

Journée Pharmaceutique Internationale de Casablanca
Date: 22 octobre 2011
Lieu: Hôtel Hyatt Regency
Organisateur: Syndicat des Pharmaciens d'Officine de la Grande Wilaya de Casablanca

« la femme au cœur des maladies auto-immunes »
L’association marocaine des maladies auto-immunes (AMMAIS) organise une journée scientifique le 22 octobre 2011 à la faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca sous le thème de « la femme au cœur des maladies auto-immunes ». 

En savoir plus 

Première Rencontre Scientifique de la SMS 
Thème : « Stérilisation Centrale au Maroc : Quelles perspectives ? »
Lieu: L'Hôpital Militaire d'Instruction Mohammed V de Rabat
Date: 29 octobre 2011
Organisateur: Société Marocaine de Stérilisation (SMS) 
Programme: Cliquer ici
Adhésion: Cliquer ici
Affiche:
Cliquer ici
 

NOUVEAUX AU MAROC

Pour informer les pharmaciens et les médecins sur les nouvelles spécialités pharmaceutiques commercialisées au Maroc, nous diffusons , sans contre partie, des extraits des mailings les concernant.
Pour nous permettre de diffuser à temps ces informations, nous demandons à tous les laboratoires de nous envoyer les mailings correspondants à leurs nouveaux produits à l'email suivant: info@pharmacies.ma.

ZYRDOL®
Laboratoires: Laprophan
Composition: Métronidazole
Présentations:
- Boite de 20 Cps pelliculés
dosés à 500 mg
PPM: 29 Dhs

- Boite de 20 Cps pelliculés
dosés à 250 mg
PPM: 17 Dhs

- Suspension buvable dosée à 125 mg/5ml en flacon de 120 ml
PPM: 22 Dhs

- Solution injectable pour perfusion dosée à 500mg / 100ml en boite de 1 flacon de 100ml 
PPM: 50 Dhs


ZYRDOL GYN®
 
Laboratoires: Laprophan
Composition: Métronidazole
Présentation:
Boite de 10 ovules gynécologiques  
dosés à 500 mg
PPM: 25 Dhs


LANPROL
®  
Laboratoires: PHI
Composition: Lansoprazole
Présentations:
- Boite de 7  gélules
PPM: 30 Dhs

- Boite de 28 gélules
PPM: 80 Dhs


SEBIVO 600 mg
®
Laboratoire: Novartis
Composition: telbivudine)
Présentation: boite de 28 Cp
Prix hospitalier: 1782,60 Dhs


STALEVO® 

Laboratoire: Novartis
Composition: LEVODOPA, CARBIDOPA et ENTACAPONE
50/12,5/200 mg
Bte de 30 Cp
PPM : 404,10 Dhs


STALEVO® 

Laboratoire: Novartis
Composition: LEVODOPA, CARBIDOPA et ENTACAPONE
100/25/200 mg
Bte de 30 Cp
PPM : 409,10 Dhs


STALEVO® 

Laboratoire: Novartis
Composition: LEVODOPA, CARBIDOPA et ENTACAPONE
150/37,55/200 mg
Bte de 30 Cp
PPM : 421,30 Dhs
 

DI-HYDAN®  :
De nouveau disponible 

DI-HYDAN 100mg®   
Laboratoire: SYNTHEMEDIC
Composition: phénytoine
Présentation: boîte de 60 comprimés sécables
PPM: 40,00 Dhs
 
BON A SAVOIR
Anciennes Pharmanews
Cliquer sur le lien suivant pour consulter les anciennes Pharmanews. [+]

A vos plumes

N'hésitez pas de nous envoyer vos écrits, vos remarques et vos suggestions à l'adresse: info@pharmacies.ma

Syndicats et associations: à vos claviers

Nous vous informons que nous sommes disposés à diffuser toute information en provenance des syndicats , des conseils ou des associations.
Pour ce faire, les syndicats et les associations sont priés de nous envoyer leur écrits à l'adresse éléctronique :
info@pharmacies.ma

Astuce

En ajoutant info@pharmacies.ma à vos contacts, vous amélioreriez l'affichage de Pharmanews et vous éviteriez qu'elles soient classées parmi vos courriers indésirables. 

Partagez Pharmanews avec vos amis

Si vous souhaitez qu'un ou plusieurs de vos amis  reçoivent Pharmanews, il vous suffit de nous envoyer leurs E-mails à l'adresse: info@pharmacies.ma
 

Pour toute information:


FACILACOM

BP: 2085 Hassania II
Mohammedia Maroc
Tél.: +212 (0) 5 23 28 77 57
Fax: +212 (0) 5 23 28 09 79
Email:
info@pharmacies.ma


Mentions légales
Visiter pharmacies.ma
Qui sommes-nous?
 
 
 
     
     
     
     

Pharmanews- Tous droits réservés