Dénomination commune internationale ( DCI )
Abdelkader EL JABRI Docteur en pharmacie Taourirt
09 Décembre 2004 

-
Reconnue mondialement pour identifier une substance médicamenteuse, la DCI est élaborée et recommandée par l’OMS, selon un programme mis en place en 1953. Les divers organismes et commissions nationaux de nomenclature ont été étroitement associées pour uniformiser les dénominations existantes, et participer à la sélection de nouvelles DCI.
La DCI une appellation universel, codifié et facile à mémoriser.

DCI et segment-clé
De distinction phonétique et orthographique nette et aisée, la Dénomination Commune Internationale n’entraîne pas de confusion avec d’autres noms d’utilisation courante et comporte toujours un segment-clé (préfixe, suffixe ou groupe syllabique) commun à toutes les substances du même groupe chimique ou pharmacologique (ex. : -floxacine pour les fluoroquinolones).

La prescription en DCI
L’initiation au langage des DCI devient une nécessité, eu égard à la mondialisation des politiques de substitution, de médicaments génériques et de prescription en DCI.

La prescription en DCI est clarifiant en terme de bon usage du médicament et rend au pharmacien son rôle de conseil et de suivi du patient en le responsabilisant à la dispensation des médicaments et en lui facilitant la gestion de ses stocks par le choix des spécialités qu’il délivre. Ce mode de prescription résout catégoriquement le problème de la rupture des stocks.

Le médecin en prescrivant en DCI va acquérir une certaine liberté vis à vis du :

- Prix des médicaments : ne sera plus responsable de la facture de l’assurance maladie), d’autant plus que les médicaments représentent environ 40 % des dépenses de santé au Maroc ;

- Pharmacien qui prend lui-même en charge la délivrance en fonction de son stock et des prix des médicaments en associant le patient à cette démarche ;

- Patient qui peut discuter avec le pharmacien le prix de la prescription et sera soigné tout pareillement ;

- Laboratoire pharmaceutique dont la pression commerciale devient nulle et sans effet. Les industriels du médicament pourront transformer les budgets alloués à la promotion de leurs spécialités en investissement dans le domaine de la qualité et les BPF (Bonnes Pratiques de Fabrication) ou feront répercuter ces budgets sur le prix de leurs spécialités, créant ainsi un nouveau concept de concurrence très bénéfique pour la santé publique et un investissement concret dans l’amélioration de la situation sanitaire des populations.

La prescription en DCI permet donc de répartir convenablement les tâches entre médecin et pharmacien ; le pharmacien a les données techniques sous la main, et connaît mieux que quiconque les médicaments. Il est parfaitement équipé en documents et base de données pour délivrer la spécialité la plus adaptée et la plus économique. Ceci permet au prescripteur de s’occuper de l’essentiel, à savoir le diagnostic et la thérapeutique, de se concentrer sur la substance active, ses effets secondaires, sa posologie, ses contres-indications… Il évitera ainsi les surdosages par prescriptions concomitantes d’un même principe actif sous plusieurs spécialités. Ce risque est d’autant plus à craindre avec l’actuelle prolifération anarchique des génériques.

Notons enfin que la prescription en DCI peut s’avérer d’une grande utilité pour les patients qui doivent se rendre à l’étranger.

En somme, la prescription en DCI – qui n’est pas interdite dans le contexte réglementaire actuel - permet au médecin, au pharmacien, au patient, à son entourage et aux autres professionnels de santé, d’avoir un langage commun, de mieux comprendre et donc respecter le traitement.

La table qui suit regroupe les principaux préfixes, suffixes, et segments intermédiaires ou groupes syllabiques caractéristiques des différentes familles pharmaco-thérapeutiques. Elle constitue un outil scientifique indispensable et représente une approche rationnelle de la dénomination d’un médicament, facilitant les échanges et la communication entre professionnels de santé et autres spécialistes du médicament.


Dénominations Communes Internationales (DCI)
applicables aux substances pharmaceutiques
Liste des segments-clé :
suffixes, préfixes, et groupes syllabiques
(segments intermédiaires).

“ The use of common stems in the selection of International
Nonproprietary Names (INN) for pharmaceutical substances”

Remarques préliminaires
Directives générales pour la formation des Dénominations Communes Internationales applicables aux substances pharmaceutiques :

- Les DCI se distinguent les unes des autres par leur consonance et leur orthographe, et ne doivent pas prêter à confusion avec les appellations déjà couramment employées.

- La DCI devra, si possible, indiquer sa parenté pharmacologique ; celles qui peuvent évoquer pour les malades des considérations anatomiques, physiologiques, pathologiques ou thérapeutiques devront être éviter dans la mesure du possible.

- Pour simplifier la traduction et la prononciation des DCI, la lettre « f » sera utilisée à la place de « ph », « t » à la place de « th », « e » à la place de « æ » ou « œ » et « i » à la place de « y » ; l’ usage des lettres « h » et « k » sera aussi évité.

A noter, pour un usage adéquat de cette table, que les segments-clés indiqués entre deux parenthèses pourront être insérés n’importe où dans une dénomination et qu’un segment-clef représente soit un suffixe, un préfixe, ou un groupe syllabique (segment intermédiaire). 

 

 
 Famille Pharmaco-thérapeutique 
 Exemples De DCI (Spécialités)
-ac
Anti-inflammatoires non stéroïdiens dérivés de l’ibufénac :
Dérivés arylcarboxyliques                      
Diclofénac (Difal – Voltarène – Xénid…)
Dérivés de l’acide arylacétique
Bufexamac (Parfenac)
-actide
Polypeptides synthétiques agissant comme la  corticotropine (stimulent la sécrétion des hormones cortico-surrénaliennes)
Tétracosactide (Synacthène Retard – Cortrosyn Retard)
-adol ou -adol-
Analgésiques divers
Tramadol (Tremadol)
-alol
(voir –olol)
β-bloqueurs.
Labétalol (Trandate), Sotalol (Sotalex)
andr- ou -andr-
Stéroïdes androgènes
Nandrolone (Déca-Durabolin – Dynabolan – Kératyl.. ), Androstanolone (Andractim)
-antel
Anthelminthiques sans structure chimique précise
Pyrantel (Combantrin – Helmintox)
-apine
Composés tricycliques à activité psychotique
Clozapine (Leponex)
-(ar)abine
Antinéoplasiques antiviraux, dérivés de  l’arabinofuranose
Cytarabine (Aracytine)
-arol
Anticoagulants coumariniques
Acénocoumarol (Sintrom)
-astine
Antihistaminiques H1 non classés ailleurs
Azélastine (Allergodil), Lévocabastine (Lévophta), Mizolastine (Milastine - Mizollen)
-azam
Suffixe remplaçant la désinence –azépam dans quelques composés anxiolytiques à noyau benzodiazépine
Clobazam (Urbanyl)
-azénil
Substances agonistes/antagonistes des récepteurs aux benzodiazépines, à dominante antagoniste
Flumazénil (Anexate)
-azépam
Benzodiazépines du groupe du diazépam
 
Diazépam (Valium), Nordazépam (Nordaz), Clonazépam (Clonopin - Rivotril), Flunitrazépam (Hypnosédon – Narcozep), Tetrazépam (Musaril - Myolastan), Clotiazépam (Vératran)
-azocine
Analgésiques et plus généralement antagonistes-agonistes des récepteurs morphiniques
Pentazocine
-azolam
Benzodiazépines anxiolytiques
Alprazolam (Alpraz – Xanax)
Benzodiazépines hypnotiques
Triazolam (Halcion)
-azoline
Vasoconstricteurs locaux à noyau imidazoline
Naphazoline (Colyre Bleu – Deltarhinol…), Xylométazoline (Otrivine)
-azone
(voir aussi –butazone)
Analgésiques et antipyrétiques pyrazolés mais sans propriétés anti-inflammatoires majeures.
(voir aussi –butazone)
Phénazone (HEC – Migralgine – Otipax), Propyphénazone (Claradol Plus – Spasmoplus)
-azosine
Alpha-1 bloquants (quinazolines), utilisés comme antihypertensseurs vasodilatateurs
Doxazosine (Cardura),Prazosine (Alpress- Minipress)
-bactam
Antibiotiques inhibiteurs des bêta-lactamases
Sulbactam (Unasyn)
-bamate
Carbamates à propriétés essentiellement tranquillisantes
Méprobamate (Equanil – Mépronizine)
barb- ou -barb-
 
(le plus souvent la désinence complète et –barbital)
Dérivés barbituriques ( ou thiobarbituriques) :
à propriétés hypnosédatives
Amobarbital, Phénobarbital (Gardénal - Natisédine)
à propriétés  anesthésiques générales
Penthiobarbital
à propriétés tranquillisantes
 
 
barbamate
-bendazole
Anthelminthiques à noyau benzimidazole
Albendazole (Azole – Zentel), Mébendazole (Oxitover – Sufil –Vermox)
-bétazol
 
Corticostéroïdes qui ne possèdent pas tous les substituants présents dans la cortisone et la prednisolone
Clobétazol (Dermoval)
-bol ou -bol-
Stéroïdes anabolisants protéiniques
Trenbolone
-butazone
 
Analgésiques anti-inflammatoires du groupe de la phénylbutazone (pyrazolés)
Phénylbutazone (Alpha-Kadol - Butazolidine)
-caïn-
Antiarythmiques de la classe I
Flécaïnide (Flécaïne)
-caïne
Anesthésiques locaux
Bupivacaïne (Marcaïne – Périanest),Lidocaïne (Elma – Procto-Glyvénol - Xylocaïne…), Oxybuprocaïne (Novésine)
calci- ou -calci-
Séco-stéroïdes analogues de la vitamine D
Alfacalcidol (Un-Alfa), Calcifédiol (Dedrogyl – Hidroférol), Calcipotriol (Daivonex)
-carbef
Antibiotiques dérivés des carbacéphems  du groupe des bêta-lactamines
Loracarbef
-céf
Céphalosporines
Céfaclor (Alfatil – Cloracef), Céfpodoxime (Orélox), Céftazidime (Fortum), Céfuroxime (Zinnat)
-cidine
Antibiotiques d’origine naturelle (à l’exception des antinéoplasiques), lorsqu’ils n’appartiennent pas à une famille définie
Gramicidine
-cillinam
Amidinopénicillines, antibiotiques du groupe des bêta-lactamines (mécillinams)
Pivmécillinam (Selexid)
-cilline
Aminopénicillines, antibiotiques du groupe des bêta-lactamines (sauf les mécillinams)
Amoxicilline (Amoxil – Clamoxyl - Néomox…), Ampicilline (Amblosin – Opticilline – Totapen…), Flucloxacilline (Astaph – Floxapen – Staphypen…)
-citabine
Nucléosides antiviraux ou agents antinéoplasiques dérivés de la cytidine
Zalcitabine (Hivid)
-clone
Hypnotiques et tranquilisants du groupe des cyclopyrrolones
Zopiclone (Imovane)
-conazole
Antifongiques systémiques du groupe du miconazole
Kétoconazole (Kétoderm - Nizoral), Fluconazole (Diflucan – Triflucan)
(cort)
Corticostéroïdes, autres que les dérivés de la prednisolone
Hydrocortisone (Bacicoline - Efficort –Néocort…), Tixocortol (Oro-Pivalone – Thiovalone…)
-cromil
Antiallergiques analogues de l’acide cromoglicique
Nédocromil (Tilade)
-curium et
-curonium
Ammoniums quaternaires à activité semblable à celle des curares (curarisants)
Pancuronium (Pavulon), Rocuronium (Esmeron), Vécuronium (Norcuron)
-cycline
Tétracyclines
Doxycycline (Doxymycine – Longamycine – Vibra…), Métacycline (Physiomycine), Minocycine (Mynocine)
-dapsone
Sulfones antimycobactériennes (tuberculose, lèpre), dérivés de la dapsone
Amidapsone
dil- ou -dil
Vasodilatateurs antihypertenseurs
Minoxidil, Urapidil
Vasodilatateurs antiangoreux
Bépridil (Cordium), Diltiazem (Altiazem – Dilrène – Tildiem…)
-dipine
Inhibiteurs calciques du groupe de la nifédipine (dihydropyridines)
Amlodipine (Amlor), Nifédipine (Adalate – Coracten – Nifédicor...), Nitrendipine (Baypress - Hiperdine)
-dopa
Agonistes des récepteurs dopaminergiques, utilisés comme antiparkinsoniens ou inhibiteurs de la prolactine
Lévodopa (Modopar)
Dérivés favorisants les actions de la dopamine
Carbidopa
-dralazine
Antihypertenseurs dérivés de l’hydralazine et de la phtalazine
Déhydralazine
-drine
(voir aussi –frine)
Sympathomimétiques dérivés de la phényléthylamine et particulièrement des éphédrines
Dioxéthédrine (Bexol), Noréphédrine (Dénoral Cp. – Rinurel – Rupton)
-dronate
-dronique (acide)
Régulateurs du métabolisme du calcium (Diphosphonates)
Étidronate (Didronel), Résidronate (Actonel)
-ectine
Parasiticides dérivés de l’avermectine
Ivermectine
-erg-
Alcaloïdes de l’ergot de seigle et leurs dérivés
Dihydroergotamine (Ikaran – Seglor – Tamik...), Méthylergométrine (Méthergin), Nicergoline (Sermion)
estr- ou -estr-
Oestrogènes stéroïdiens
Ethinylestradiol (Adépal – Diane – Minidril…), Promestriène (Colposeptine – Colpotrophine)
Oestrogènes non stéroïdiens
Diéthylsilbestrol
-étanide
Diurétiques de l’anse, diurétiques hypokaliémiants (peut être élidé en –anide)
Pirétanide
-exine
Mucolytiques de type bromhexine
Dembrexine
-fénamate
-fénamique (acide)
Anti-inflammatoires non Stéroïdiens, dérivés de l’acide anthranilique, groupe des fénamates
Acide Méfénamique (Ponstyl), Acide Tolfénamique (Clotan), Etofénamate (Rheumon)
-fénine
 
(parfois élidé en -phénine)
analgésiques périphériques dérivés de la glafénine
Floctafénine (Idarac)
Dérivés de l’acide phénylcarbamoyl-méthylimino-diacétique, utilisés en exploration fonctionnelle
Lidofénine
-fentanil
Analgésiques centraux de type fentanyl
Alfentanil (Rapifen), Sufentanil (Sufenta)
-fibrate
Fibrates normolipémiantes
Ciprofibrate (Lipanor), Fénofibrate (Lipanthyl)
-floxacine
Fluoroquinolones
Ciprofloxacine (Catex – Ciproxine – TMS…), Lévofloxacine (Tavanic), Norfloxacine (Noracin – Urobacid – Uroctal…), Ofloxacine (Oflocet – Quinolox – Uroflox), Trovafloxacine (Trovan)
-flurane
Anésthésiques généraux, dérivés halogénés volatiles
Enflurane
-formine
Biguanides, hypoglycémiants oraux
Metformine (Glycan – Glucophage – Stagid)
-frine
 
(voir aussi –drine)
Sympathomimétiques dérivés de la phényléthylamine, en particulier de type adrénaline (= épinéphrine) ou phényléphrine (= néosynéphrine)
Dipivéphrine (Propine), Etiléfrine (Effortil), Phénylephrine (Diméthane – Rinomicine)
 
-fylline
Méthylxanthines bronchodilatateurs
(autrefois orthographiés –phylline (diprophylline)
Bamifylline (Trentadil)
 
(gab)
Composés gabamimétiques, utilisés comme anti-épileptiques
Vigabatrine
gado- ou -gado-
Produits pour exploration fonctionnelle, dérivés du gadolinium
Gadopentétate (Magnevist), Gadotérate (Dotarem)
gest ou -gest-
voir aussi –stérone)
Stéroïdes progestatifs
 
Progestérone (Di-Pro Oleosum – Progestogel – Tocogestan...), Lévonorgestrel (Adépal - Microval – Trigynon…), Nomégestrol (Lutényl), Promégestone (Surgestone), Médrogestone (Colprone)
-gestérone
(voir aussi –stérone)
Stéroïdes cétoniques progestatifs naturels ou de synthèse.
Dydrogestérone (Duphastan), Progestérone (Progestogel – Tocogestan – Utrogestan)
-giline
Inhibiteurs de la mono-amine-oxydase (IMAO) de type B
Sélégiline
gli- ou -gli-
Sulfamides hypoglycémiants.
(autrefois orthographié gly-)
Glibenclamide (Benclamid – Daonil – Glidiabet…), Gliclazide (Diamicron – Glyazid – Glycémat), Glimépiride (Amarel)
-golide
Agonistes  dopaminergiques, dérivés de l’ergoline, utilisés comme antiparkinsoniens ou inhibiteurs de la prolactine
Quinagolide (Norprolac)
guan-
Antihypertenseurs dérivés de la guanidine
Guanfacine (Estulic)
-icam
Anti-inflammatoires non stéroïdiens du groupe des oxicams
Piroxicam (Brexin – Feldène – Zildam…), Méloxicam (Mobic), Ténoxicam (Doxican - Tilcotil)
-ifène
Dérivés du triaryléthylène :
Inducteurs d’ovulation
 
Clomifène (Clomid – Prolifen)
Cytostatiques antiœstrogènes
Tamoxifène (Nolvadex)
-imus
Immunosupresseurs autres que les antinéoplasiques
Tacrolimus
-io
Produits de contraste iodés
Acide Ioxitalamique (Télébrix), Iopamidol (Iopamiron
Iopromide (Ultravist), Iopydol (Hytrast)
-io ou iod-
Dérivés iodés autres que les produits de contraste
 
-iptan
Agonistes des récepteurs de la sérotonine dits 5 HT1 (triptans antimigraineux)
Sumatriptan (Imigran), Zolmitriptan (Zomig)
-ium
 
 
(cf. aussi -onium)
Ammoniums quaternaires utilisés comme :
Curarisants (Cf. -curium),
 
Agents anticholinergiques
Prifinium (Riabal), Tiémonium (Viscéralgine)
Antiseptiques
Benzalkonium, Méthylthioninium (Collyre Bleu…)
Divers
Pinaverium (Ex-Dicétel)
-izine
Antihistaminiques H1 du groupe des cyclizines
Buclizine (Aphilan), Cétirizine (Virlix - Zyrtec)
-kacine
 
Antibiotiques obtenus à partir de souches de Streptomyces kanamyceticus
Amikacine (Amiklin – Piérami)
-listat
Inhibiteurs de la lipase pancréatique
Orlistat (Xénical)
mer- ou -mer-
Composés mercuriels, en particulier anti-infectieux
Mercurobutol (Ex-Mercryl Laurylé)
-mestane
(voir aussi –rozole)
Inhibiteurs de l’aromatase (estrogène synthétase), anti-œstrogènes
Exémestane
-métacine
Anti-inflammatoires non stéroïdiens, dérivés de l’indole
Acémétacine (Rantudil), Indométacine (Indocid – Indocollyre - Liometacen…)
-métasone ou
-méthasone
Corticostéroïdes anti-inflammatoires, dérivés de la prednisone ou de la prednisolone
Béclométasone (Béconase - Bécotide – Clénil Fort…), Bétaméthasone (Célestène – Dermosone _ Diprolène – Diprosone – Diprostène…), Dexaméthasone (Baycuten – Chibro-Cadron – Décadron –  Oradexon – Percutalgine…)
-micine
(ne pas confondre avec –mycine)
Antibiotiques obtenus à partir de diverses souches de Micromonospora
 
Nétilmicine (Nétromicine)
 
mito-
Antinéoplasiques nucléotoxiques
Mitoxantrone (Novantrone)
-mustine
Antinéoplasiques alcoylants, dérivés de la b-chloroéthylamine
Estramustine (Estracyt)
-mycine
(ne pas confondre avec –micine)
Antibiotiques produits par diverses souches de Streptomyces : macrolides, aminosides, synergistines…
 
Erythromycine (Abboticine – Ery – Eryacné – Eryfluid - Erythrocine – Logécine - Macrocid – Propiocine…), Pristinamycine (Pyostacine), Spectinomycine (Trobicine)
-nal
Stupéfiants, antagonistes et/ou agonistes des récepteurs morphiniques
Nalorphine, Naltrexone
-nidazole
Anti-infectieux et anti-parasitaires à noyau imidazole
Métronidazole (Flagyl – Nidazol – Rodogyl – Rosex), Ornidazole (Tibéral), Secnidazole (Flagentyl), Tinidazole (Fasigyne – Trichogin)
nifur-
Nitrofuranes anti-infectieux , antiseptiques intestinaux
Nifurazide (Ricridène), Nifuroxazide (Ambatrol – Antinal - Apazide – Entéral - Ercéfuryl – Panfurex – Roxid)
-olol
Bêta-bloqueurs (antagonistes des récepteurs bêta-adrénergiques)
Acébutolol (Sectral), Aténolol (Ténormine), Bétaxolol (Bétoptic – Kerlone), Béfunolol (Bentos), Bisoprolol (Detentiel – Soprol), Cartéolol (Cartéol), Métoprolol (Lopresor), Propranolol (Avlocan – Avlocardyl), Timolol (Cusimolol – Timoptol)
-olone
Corticostéroïdes dérivés de la prednisone ou de la prednisolone
Triamcinolone (Cidermex – Kénacort – Mycolog – Nasacort…)
-onide
Acétonides utilisés en corticothérapie topique
Acétonide De Triamcinolone (Cidermex – Mycolog), Budésonide (Pulmicort)
-onidine
Antihypertenseurs, guanidines à noyau imidazolidine
Apraclonidine (Iopidine), Clonidine (Catapressan)
-orex
Anorexigènes amphétaminiques, dérivés de la phenyléthylamine
Fenproporex (Perphoxène)
-orph-
 
Stupéfiants, agonistes ou antagonistes des récepteurs morphiniques
Buprénorphine(Temgésic)
 
-orphan-
Stupéfiants, dérivés du morphinane, agonistes ou antagonistes des récepteurs morphiniques
Dextrométhorphane (Akindex, Drill Toux-Sèche)
-oxacine
Quinolones vraies, dérivés de l’acide nalidixique
Enoxacine (Enoxor)
-oxef
Antibiotiques du groupe des oxacéphalosporines
Latamoxef
-oxépine
Antidépresseurs tricycliques à noyau oxépine
Doxépine
-oxétine
Antidepresseurs sérotoninergiques purs dérivés de la fluoxétine
Fluoxétine (Fluoxet - Prozac – Tunéluz), Paroxétine (Déroxat)
-pamide
Diurétiques hypokaliémiants, dérivés de l’acide sulfamoylbenzoïque
Indapamide (Fludex – Diurimat), Xipamide (Diurex)
-pamil
Antiarythmiques et vasodilatateurs coronariens, dérivés du vérapamil
 
-parine
Dérivés de l’héparine, y compris les héparines à basse masse moléculaire
Daltéparine (Fragmin), Enoxaparine (Levonex), Nadroparine (Fraxiparine)
-penem
Antibiotiques du groupe des carbapénèmes de la famille des bêta-lactamines
Imipénème (Tiénam)
 
-péridol
Neuroleptiques de la famille des butyrophénones
Dropéridol, Halopéridol (Halopéridol – Haldol)
-péridone
Antipsychotiques et antinauséeux répondant à la formule générale des neuroleptiques, mais n’appartenant pas au groupe des butyrophénones
Dompéridone (Motilium)
-pérone
Neuroleptiques et tranquilisants de la famille des butyrophénones
Pipampérone
-pidem
Hypnosédatifs à noyau imidazopyridine
Zolpidem (Stilnox)
-pirox
Antimycosiques dérivés de la pyridone
Ciclopirox (Mycoster Verni)
-planine
Antibactériens issus de souches d’Actiniplanes
Teicoplanine (Targocid)
-platine
Antinéoplasiques dérivés du platine
Carboplatine (Paraplatine), Cisplatine (Cisplatyl)
-poétine
Facteurs sanguins analogues à l’érytropoïétine
Epoétine Alpha
-pramine
Antidepresseurs imipraminiques
Imipramine (Tofranil), Trimipramine (Surmontil)
-prazole
Anti-ulcéreux dérivés du benzimidazole, inhibiteurs de la pompe à protons
Lansoprazole (Lanzor), Oméprazole (Aulcer – Mopral – Omegen - Prazol –Proton), Pantoprazole (Inipomp)
(pred)
Corticostéroïdes dérivés de la prednisone ou de la prednisolone.
(voir aussi –métasone ou méthasone, -olone et bétazol)
Prednimustine
-pressine
Peptides vasoconstricteurs, dérivés de la vasopressine
Desmopressine (Minirin)
-pride
Benzamides psychotropes (exceptionnellement en –piride ou –pramide), utilisés comme :
Neuroleptiques
Amisulpiride (Solian), Sulpiride (Dogmatil), Tiapride (Tiapridal)
Dans divers troubles digestifs
Alizapride (Plitican), Cisapride (Sepride – Prépulsid), Métoclopramide (Cloprame – Digestine - Métagliz – Primperan…)
Traitement des bouffées vasomotrices de la ménopause
Véralipride (Agréal)
-pril(ate)
Inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine
Bénazépril (Cibacène), Captopril (Capozide – Convertal - Lopril), Cilazapril (Inhibace), Enalapril (Prilvas – Rénitec), Perindopril (Coversyl), Quinapril (Acuitel – Acuilix), Ramipril (Triatec), Trandolapril (Odrik)
-prime
Anti-infectieux dérivés de la triméthoprime
Triméthoprime (Bactrim – Co-Trim – Eusaprim…)
-profen- ou
-profène
Anti-inflammatoirs non stéroïdiens dérivés de l’acide phénylpropionique
Acide Tiaprofénique (Surgam – Tiafen), Alminoprofène (Minalfène), Flurbiprofène (Cébutid – Ocufen), Ibuprofène (Algantil- Analgyl – Antarène - Brufen – Dolgit – Nofène – Tabalon – Trifène), Kétoprofène (Flexen – Ketum – Profénid – Toprec)
(prost)
Prostaglandines et leurs dérivés
Alprostadil (Caverject), Dinoprostone (Prépidil), Latanoprost (Xalatan)
-prostil
Prostaglandines à visée anti-ulcéreuse
prostil
-quin- ou -quine
Dérivés de la quinoléine, à activité très variée, plus spécialement antipaludique, antibactérienne et anthelminthique
Chloroquine (Nivaquine), Clioquinol (Diprosept – Locacortène Vioforme), Fluméquine (Apurone), Tilbroquinol (Intétrix)
-racétam
(parfois élidé en –acétam)
Amides psychostimulantes
 
Piracétam (Nootropyl)
-réline
 
-réline : peptides provoquant la libération d’hormones hypophysaires, en particulier de la GnRH
Buséréline, Goséréline (Zoladex),Triptoréline (Décapeptyl)
-moréline : peptides stimulant la libération de l’hormone de croissance
Sermoréline
-tiréline : analogues de l’hormone provoquant la libération de l’hormone thyréotrope
Protiréline
-rénone
Stéroïdes antagonistes de l’aldostérone, dérivés de la spironolactone
Canrénone
(rétin)
Dérivés de la vitamine A (rétinol)
Acitrétine, Etrétinate (Tigason), Isotrétinoïne (Isotrex – Roaccutane)
rifa-
Antibiotiques du groupe des ansamycines, dérivés de la rifamycine
Rifabutine (Lycobutin), Rifampicine (Rifacine – Rifadine – Rifinah – Rimactazide – Riniazide), Rifamycine (Rifocine – Rifoderm)
-rinone
Tonicardiaques inhibiteurs de la phosphodiestérase
Amrinone
-rizine
(cf. –izine)
Antihistaminiques H1, dérivés de la cyclizine, vasodilatateurs...
Cinnarizine (Sureptil)
-rozole
(voir aussi –mestane)
Dérivés de l’imidazole ou triazole, inhibiteurs de l’aromatase (estrogène synthétase)
Anastrozole (Arimidex)
-rubicine
Antinéoplasiques antibiotiques (anthracyclines)
Daunorubicine (Cérubidine), Epirubicine (Farmorubicine), Idarubicine (Zavédos)
(sal)
 
Dérivés De L’acide Salicylique A Activité Antalgique, Et/Ou Anti-Inflammatoire : Carbasalate Calcique, Diflunisal, Salicylamide (Percutalgine – Rinomicine)
salazo- ou
salazo- ou
-salazine ou
salazide
Dérivés De L’acide 5-Aminosalicylique A Activité Anti-Inflammatoire : Mésalazine (Pentasa), Olsalazine (Dipentum), Ou A Activité Anti-Inflammatoire Et Anti-Infectieuse : Sulfasalazine (Salazopyrine)
-salan
Dérivés Bromés Du Salicylamide, A Propriétés Désinfectantes : Tiosalan
-sartan
Antihypertenseurs, antagonistes non peptidiques des récepteurs de l’angiotensine II (sartans)
Losartan (Cozaar - Hyzaar), Valsartan (Tareg) – Irbésartan (Aprovel)
 
-sémide
Diurétiques hypokaliémiants, diurétiques de l’anse
Furosémide (Durésan – Furilan - Lasilix)
-serpine
Alcaloïdes des Rauwolfias et dérivés
serpine
-sétron
Antiémétiques, antagonistes des récepteurs de la sérotonine de type 5HT3
Ondansétron (Zofran)
som-
Dérivés de l’hormone de croissance
Somatotropine (Génotropin - Umatrope)
-spirone
Imides anxiolytiques
Buspirone (Buspar)
-stan
-stan-
Stéroïdes androgènes et/ou anabolisants protéiniques
Stanozolol, Drostanolone
-stéine
Mucolytiques apparentés à la cystéine
Acétylcystéine (Exomuc – Fluimicil – Mucolator – Mucomyst), Carbocistéine (Bronchathiol – Carboxyl -  Fluvic – Médibronc – Mucocil – Pneumocist – Rhinathiol…)
-ster-
(voir aussi –stérone)
Stéroïdes androgènes et/ou anabolisants protéiques.
 
Testostérone (Andriol – Androtardyl – Sustanon)
 
 
-stéride
Inhibiteurs de la 5-alpha-testostérone réductase, utilisés dans l’adénome prostatique
Finastéride (Chibro-Proscar)
-stérone
 
 
Stéroïdes cétoniques androgènes et/ou anabolisants protéiniques (cf. –ster-),
Fluoxymestérone, Prastérone
Stéroïdes cétoniques progestatifs                             (cf. –gest et –gestérone),
Dydrogestérone (Duphastan), Noréthistérone (Gynovlar – Kliogest – Milligynon – Noristérat – Norluten – Primolut-Nor – Triella – Trisequens..), Progestérone (Di-Pro Oleosum – Progestogel – Tocogestan – Utrogestan)
Divers stéroïdes cétoniques hormonaux
Aldostérone
-stigmine
Anticholinéstérasiques
Néostigmine (Prostigmine), Pyridostigmine (Mestinon)
-stime
 
Facteurs de croissance hématopoïétique de type CSF (Colony stimulating factors) :
 
-grastime : facteurs de croissance stimulant la lignée granulocytaire (G-CSF : de l’anglais Granulocytes Colony  Stimulating Factor)
Filgrastime (Neupogen), Lénograstime (Granocyte)
-gramostime : facteurs de croissance stimulant à la fois la lignée granulocytaire et la lignée macrophagique (GM-CSF : de l’anglais Granulocytes Macrophages-Colony  Stimulating Factor )
Molgramostime
-mostime : facteurs de croissance stimulant la lignée macrophagique (M-CSF : de l’anglais Macrophage-Colony  Stimulating Factor )
Cilmostime
sulfa-
Sulfamides anti-infectieux
Sulfacétamide (Sulfa-Bleu), Sulfaguanidine (Ganidon), Sulfaméthoxazole (Bactrim – Berlocid – Microcétim – Trimox – Trisium…)
-sulfan
Antinéoplasiques alkylants, type esters sulfoniques
Busulfan
-técan
Antinéoplasiques cytotoxiques, groupe des inhibiteurs de la topo-isomérase I (méthanesulfonates)
Irinotécan (Campto)
-tépa
Antinéoplasiques alkylants, famille de l’éthylène-imines
Thiotépa (Thiotépa Lederle)
-teplase
Enzymes thrombolytiques activateurs du plasminogène tissulaire
Alteplase (Actilyse)
 
-térol
 
Bronchodilatateurs ou stimulants cardiaques bêta-sympathomimétiques, dérivées de la phényléthylamine.
(-térol a remplacé les suffixes –prénaline et -térénol (ex. : isoprénaline, synonyme d’isoprotérénol)
Fénotérol (Bérotec), Pirbutérol (Maxair Autohaler), Salmétérol (Sérévent)
 
-térone
Anti-androgènes
Cyprotérone (Androcur – Climène - Diane)
-thiazide
 
Diurétiques thiazidiques hypokaliémiants.
(la dénomination officielle de l’OMS est : -tizide, mais celle en -thiazide est plus fréquente)
Altizide (Aldactazine),Hydrochlorothiazide (Acuilix – Capozide – Co-Rénitec – Moduretic – Prestole…)
-tidine
Antiulcéreux antagonistes des récepteurs H2 de l’histamine
Cimétidine (Antagon-H2 – Tagamet – Ulcemat – Ulcestop…), Famotidine (Digervin – Famotid – Servipep – Ulcidine), Nizatidine (Axid), Ranitidine (Azantac – Ranimat – Ranitil – Zantac…)
-tocine
Peptides ocytociques du type de l’ocytocine
Oxytocine (Syntocinon)
-toïne
Antiépileptiques dérivés de l’hydantoïne
Phénytoïne (Di-Hydan)
-trexate
Antinéoplasiques antimétabolites, analogues de l’acide folique
Méthotrexate (Ledertrexate – Méthotrexate)
-tricine
Antibiotiques polyéniques
Tyrothricine (Codétricine – Veybirol)
-triptyline
(synonymes : -tiline et  -tyline)
Dérivés du dibenzocycloheptane…, généralement antidépresseurs
 
Amitriptyline (Limbitrol – Laroxyl), Maprotiline  (Ludiomil)
-trop ou -trop-
Dérivés de l’atropine, généralement anti-cholinergiques
Tropicamide (Mydriaticum)
-udine
(voir aussi –uridine)
Dérivés de l’uridine à propriétés  antivirales et antinéoplasiques
Lamivudine, Zidovudine (Rétrovir)
-uracile
Dérivés de l’uracile utilisés comme :
Antagonistes thyroïdiens
Propyl-Thiouracile
Antinéoplasiques
Fluorouracile (Fluoro-Uracil)
-uridine
(voir aussi –udine)
Antivirales et antinéoplasiques, dérivés de l’uridine
Idoxuridine, Trifluridine (Virophta)
-vastatine
-vastatine : inhibiteurs de l’HMG-CoA réductase (Statines hypocholestérolémiantes)
Atorvastatine (Tahor), Pravastatine (Elisor), Simvastatine (Zocor)
-vérine
Spasmolytiques non atropiniques agissant comme la papavérine
Alvérine (Météospasmyl – Spasmavérine), Drotavérine (No-Spa), Fénovérine (Ex-Spasmopriv), Mébévérine (Béviran – Duspatalin – Mébévérine Forte…)
vin- ou -vin-
Alcaloïdes de la pervenche Vinca
Vincamine (Pervincamine)
Alcaloïdes de la pervenche tropicale
Vinblastine (Velbé), Vincristine (Oncovin), Vindésine (Eldésine)
-vir
 
-vir : Antiviraux divers
Aciclovir (Aciclosine – Cicloviral – Cusiviral – Zovirax), Ganciclovir (Cymevène)
-amivir : inhibiteurs de la neuraminidase
Oseltamivir (Tamiflu), Zanamivir (Relenza)
-cavir : nucléosides carbocycliques
Abacavir
-navir : inhibiteurs de la protéase du VIH
Indinavir (Crixivan), Saquinavir (Invirase)
-vudine
Antivirales antinéoplasiques  type zidovudine
 
-yzine
(cf. : –izine)
Certains composés du groupe des cyclizines
Hydroxyzine (Atarax)

 

Pour la liste complète des segments-clés, se reporter au document suivant :
World Health Organization (OMS) : « The use of common stems in the International Nonproprietary Names (INN) for pharmaceutical substances »
April 2000, WHO/EDM/QSM/99.6 - 137 pages.